17
Déc

[ENTRETIEN] Calligaro O. dans Léotard C., “George Soros est-il véritablement en mesure d’influencer les politiques européennes ?”, Le Courrier d’Europe Centrale, 17 décembre 2020

De quel pouvoir d’influence dispose véritablement George Soros, la bête noire de Viktor Orbán ? Comment s’exerce-t-il auprès de l’UE ? Nous avons demandé à Oriane Calligaro, maîtresse de conférences à l’Université catholique de Lille, qui a étudié de près la façon dont l’Open Society Foundations, fondée par le milliardaire d’origine hongroise, essaie d’influencer les politiques publiques européennes en matière de lutte contre les discriminations.

Le milliardaire new-yorkais d’origine hongroise George Soros, qui se proclame « philanthrope politique », est intervenu à plusieurs reprises par voie de presse dans le récent débat autour de la conditionnalité des fonds européens au respect de l’État de droit, espérant que l’Union européenne ne plierait pas face à Viktor Orbán qu’il a qualifié de « kleptocrate ».
Mi-décembre, les ambassades hongroises ont diffusé une lettre du premier ministre aux forts relents antisémites et à la tonalité paranoïaque : « Des forces puissantes sont de nouveau à l’œuvre pour faire disparaître les nations européennes et unifier le continent sous l’égide d’un empire global. Le réseau Soros, qui s’immisce de toutes parts dans la bureaucratie et les élites politiques européennes, travaille depuis des années à faire de l’Europe un continent d’immigration. Aujourd’hui, le plus grand danger qui menace les États de l’Union européenne est représenté par le réseau Soros ».
Selon Orbán, l’Union européenne est sous l’influence d’un George Soros œuvrant à la destruction des nations européennes par le biais de l’immigration. « De nombreux bureaucrates de haut niveau de l’Union agissent de concert avec le réseau de George Soros en vue de la création d’un empire unifié. Ils souhaitent mettre en place un système institutionnel visant à imposer aux nations libres et indépendantes d’Europe un mode de pensée unique, une culture unique, un modèle social unique ». Le premier ministre hongrois avance aussi que « Les moyens employés par le réseau sont multiples et actifs sur les scènes les plus variées de la vie publique. La liste est longue des responsables politiques, des journalistes, des juges, des bureaucrates, des propagandistes politiques maquillés en représentants de la société civile qui émargent aux fiches de paie établies par George Soros ». […]

Accéder à l'article complet

X